MADHYA
Paroles : Bernard Bluteau / Musique : Paul Glaeser.
Patientez pendant le chargement du fichier son


Tu courbes le dos
et les pieds dans l'eau
Tu n'as pas le temps de vivre
Il te faut avancer
au fond des rizières
De toute façon,
tu ne sais pas lire
Mais tu veux chanter et dire tes prières,
Personne ne te dérange
Te baigner seule, dans les eaux du Gange
Malgré la foule,
tu es solitaire

Madhya, dans les faubourgs de Calcutta
Petite fille, tu pleures tout bas
Les champs de riz, les champs d'oubli
Madhya, je garderai au fond de moi
Tous tes silences et tous tes cris
Peut-être un jour, viendra l'amour
Sans bruit...

Ton coeur est sec depuis la mousson
Tu as pleuré l'eau des rizières
Et le fleuve sacré qui s'avance
Rempli de fleurs, porte tes prières
Elles viendront pour toi, ces autres saisons
Tu en oublieras l'enfance
La petite lampe, dans le temple, brûle
Au voyage, d'âmes funambules...

Madhya, dans les faubourgs de Calcutta
Petite fille, tu pleures tout bas
Les champs de riz, les champs d'oubli

(Orchestration)

Madhya, je garderai au fond de moi
Tous tes silences et tous tes cris
Peut-être un jour, viendra l'amour
Sans bruit...

Tu courbes le dos
et les pieds dans l'eau
Tu n'as pas le temps de vivre
Il te faut avancer
au fond des rizières
De toute façon,
tu ne sais pas lire
Mais tu veux chanter et dire tes prières,
Personne ne te dérange
Te baigner seule, dans les eaux du Gange
Malgré la foule,
tu es solitaire

Madhya, dans les faubourgs de Calcutta
Petite fille, tu pleures tout bas
Les champs de riz, les champs d'oubli
Madhya, je garderai au fond de moi
Tous tes silences et tous tes cris
Peut-être un jour, viendra l'amour
Sans bruit...